Comment se fabrique un miroir : histoire et évolution

Il ne fait aucun doute que les miroirs font partie de notre vie quotidienne depuis très longtemps, ils sont partout ! En marchant dans la rue, on trouve des portes, des murs, des vitrines et de nombreux endroits où l’on peut voir notre réflexion. Dans cet article, nous allons brièvement aborder l’histoire du miroir et voir comment les miroirs sont fabriqués aujourd’hui.

Brève histoire du miroir

À l’âge de la pierre, c’est-à-dire avant la découverte des métaux, les miroirs étaient fabriqués à partir de polissage d’obsidienne, une roche ignée également connue sous le nom de verre volcanique. Ainsi, ce rocher brillerait et les gens pourraient y voir leur reflet. Plus tard, à partir de l’âge du bronze et au cours du Moyen-Âge, des disques de métaux comme le bronze, l’argent et le cuivre ont été utilisés.

Les premiers miroirs en verre sont apparus vers le premier siècle après J.-C., dont la surface était recouverte d’antimoine, de plomb ou d’étain. Pline l’Ancien, l’auteur romain, a écrit à ce sujet dans l’encyclopédie Histoire Naturelle. Entre le XIIe et le XIIIe siècle, un métal a été ajouté au dos du verre dans les miroirs. Et à partir du XVIIe siècle, les miroirs et les cadres de miroir sont devenus des éléments décoratifs très courants dans les foyers grâce aux services de miroiterie

Les étapes de fabrication d’un miroir sont généralement les suivantes

Les miroirs modernes sont fabriqués de manière très simple grâce à l’évolution de la technologie, par une méthode connue sous le nom de procédé d’argenture.

Il a été développé par Justus von Liebig, un chimiste allemand, en 1835. Son travail a été amélioré par plusieurs professionnels au cours du même siècle. C’est ce procédé qui rend le revers du verre argenté. Aujourd’hui, il existe d’autres composés, comme la poudre d’aluminium, qui sont plus utilisés que l’argent. Toutefois, le terme « argenture » est également utilisé pour les désigner avec cette méthode. Tout d’abord, les panneaux de verre sont placés sur une bande guidée par un bras de robot. Pendant le circuit, ils sont lavés, frottés et polis par des brosses rotatives. Ensuite, le verre est rincé à l’eau bouillante. Ce qui permet à l’étain et à l’argent liquide d’adhérer correctement.

Lorsque l’argent et l’étain se rejoignent, l’argent devient solide, et l’effet de réflexion se produit. C’est ce processus d’argenture qui fait que le verre devient un miroir.

L’un des points les plus avantageux de cette fabrication est que le circuit déplace l’argent restant pour qu’il soit réutilisé dans les panneaux de verre suivants. En outre, pour renforcer la peinture, on utilise du cuivre en plus de l’argent. Ce qui rend le résultat final plus durable et de meilleure qualité. Après une deuxième couche de peinture, le miroir continue son chemin automatisé pour sécher dans un four.

 

Il est parfois possible de trouver quelques bulles dans le résultat final. Si cela se produit, la zone touchée est coupée afin que les panneaux de miroirs ne soient pas endommagés. Enfin, la découpe du miroir peut être effectuée dans la même usine ou dans le magasin de destination en fonction des caractéristiques de chaque produit.