Quels sont les différents types d’isolations biosourcées?

Le choix du type d’isolation pour sa maison est un acte très délicat. Car de ce choix dépendra grandement le confort de la maison. Pour cumuler confort et meilleur impact environnemental et sanitaire, il serait très idéal d’opter pour les isolations biosourcées. Dans cet article, nous présentons les meilleurs types d’isolations biosourcées pour votre maison.

La ouate de cellulose

Il s’agit d’une isolation fabriquée à base de papiers recyclés. Elle se présente sous différente forme (panneaux, soufflé, projeté ou déversé). Il a l’avantage d’être durable, car il bénéficie d’un traitement au sel de Bore, ce qui procure une protection contre les incendies et contre les attaques des nuisibles. Aussi il permet une très bonne régulation de l’humidité, ce qui améliore le confort intérieur de la maison. Seul bémol avec ce matériel, c’est qu’il libère certaines particules allergiques lors de la pose.

Le chanvre

Il s’agit d’un matériel d’origine végétale, cultiver dans la majeure partie de nos pays. Ce matériel est disponible sur marché en grande quantité et a un bon prix parce qu’il peut pousser un peu partout. Les fibres de ce matériel utilisé pour la fabrication d’isolant ont une très forte capacité d’absorption de l’humidité. Il s’agit d’une matière respirante, qui assure une bonne redistribution de l’humidité en temps de sècheresse.

La fibre de bois

Il s’agit d’un isolant conçu à bas des déchets de bois. Il se présente sous forme de panneaux faits de débris mélanger à l’eau. Il dispose d’une très bonne capacité d’absorption de l’humidité et n’a pas besoin de liant, du fait de la résine présente dans le bois. Ils sont particulièrement utiles pour créer une isolation contre le bruit. Seul point négatif avec ce matériel, c’est qu’il n’offre pas de protection contre le feu.

Le liège

Le liège est une matière d’isolation le plus souvent produite dans le sud de la France et dans d’autres pays d’Europe. Après avoir planté un arbre de liège, il faut nécessairement 10 ans avant d’en récolter l’écorce qui servira à concevoir l’isolant. Ce facteur fait que ce type d’isolant est un rare et donc coûte cher. La plupart du temps, il est même importé. La seule difficulté avec cette matière c’est qu’elle n’offre pas une si bonne isolation thermique.

En définitive, ces matériaux sont de très bons isolants et offrent aussi un avantage sanitaire et environnemental conséquent.